Édito pascal 2016

Lorem ipsum dolor sit amet

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Le Christ est vraiment ressuscité, alleluia !

 

 

L’événement de Pâques commence par la découverte d’une pierre roulée. De grand matin, lorsque des femmes viennent porter des aromates qu’elles avaient préparés pour les déposer sur le corps de Jésus, elles trouvent la pierre roulée devant le tombeau.
Elles nous entraînent alors avec elles dans le mystère de la résurrection du Christ. Ce mystère, c’est d’abord une absence, au moins en apparence. Le Christ ne se laisse pas enfermer, ni dans son tombeau, ni dans les représentations que nous pouvons parfois nous faire de Lui. C’est Lui qui peu après, rejoint les pèlerins d’Emmaüs, « mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître ».Ce n’est qu’en se mettant à son écoute qu’ils vont être capables, peu à peu, de le reconnaître.
Pour que l’événement de Pâques se prolonge dans nos vies aujourd’hui, il nous faut pousser la pierre qui obstrue la porte de notre cœur et nous laisse enfermés. Cette pierre est bien trop lourde pour que nous puissions la faire rouler en comptant sur nos seules forces. Comme pour les pèlerins d’Emmaüs, c’est par une fréquentation assidue de la parole de Dieu que nous pourrons commencer à faire bouger cette pierre. Et c’est en nous ouvrant à la Miséricorde du Seigneur, par le sacrement de réconciliation, que nous pourrons la rouler et marcher à la suite du Ressuscité !
La pierre qui obstruait le tombeau du Christ n’en finit pas de rouler. Dans sa course, elle vient percuter les pierres qui encombrent nos vies, et nous libère. Alleluia !
Renaud Dulin, diacre
(Source d'images : www.cdnvn.com)
 
 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+