Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent...

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Homélie de la Pentecôte 2021

Nous célébrons en ce jour de Pentecôte, Le Don de Dieu qu’est l’Esprit Saint, Source de tout don, la personne la plus cachée de la Trinité, la plus effacée. Esprit insaisissable, mais Esprit qui saisit, Esprit créateur et Esprit qui recrée, Esprit qui vivifie, Esprit qui relève et qui transforme, Esprit qui sanctifie, Esprit qui rend saint en déliant et en réconciliant, Esprit qui fortifie, Esprit qui fait toute chose nouvelle. C’est cet Esprit qui a animé toute la vie de Jésus, dès son incarnation dans le sein de Marie, qui l’a envoyé vers les pauvres, les pécheurs, les malades, les blessés, Esprit qui a rempli la vie de Jésus de sa sagesse, de sa prudence, de son intelligence, de ses conseils, Esprit qui a suscité ses paroles et ses gestes de salut, Esprit qui a nourri ses relations, Esprit qu’il remet entre les mains de son Père sur la Croix, Esprit qui l’a ressuscité, Esprit qui est répandu au plus intime de la vie des apôtres et de l’Église, Esprit capable de tout transformer.

 C’est cet Esprit est répandu sur chaque baptisé au jour de son baptême, faisant de lui, une demeure de l’Esprit Saint. Cet Esprit qui vient fortifier le croyant dans le sacrement de la confirmation pour qu’il soit témoin, témoin du Dieu vivant, témoin des merveilles de Dieu. Esprit qui est à l’œuvre dans l’histoire, Esprit qui « souffle où il veut », Esprit qui dit la Liberté de Dieu et la liberté à laquelle nous sommes appelés : vivre en communion en tout temps et en toutes choses avec le Dieu vivant et à former son Peuple saint, le Peuple unifié et sanctifié par l’Esprit. Esprit qui est à la source de dons divers, de charismes, de services, de ministères pour l’édification du Royaume du Père.

La prière eucharistique n° 4 nous fait prier ainsi : « afin que notre vie ne soit plus à nous-mêmes, mais à Jésus qui est mort et ressuscité pour nous, Jésus a envoyé d’auprès du Père, comme premier don fait aux croyants, l’Esprit qui poursuit son œuvre dans le monde et achève toute sanctification ». L’Esprit poursuit l’œuvre de Jésus, l’œuvre du Fils. Il rend présent l’œuvre du Père. Dans l’Évangile, nous avons entendu qu’ « il conduira dans la vérité tout entière ». Il est Celui qui suscite un chemin vers une plénitude, vers la Plénitude de Dieu. C’est Lui qui conduit, c’est pourquoi Paul exhorte les Galates au moins trois fois dans la lecture de ce jour, à « marcher sous la conduite de l’Esprit Saint ».

L’Esprit Saint est caché, comme le souffle en nous. Nous ne le voyons pas, et pourtant ce souffle dit la vie en nous. Il en est de même de l’Esprit Saint. Nous ne le voyons pas, mais il dit la vie de Dieu en nous, avec toutes sortes de fruits. St Paul en nomme quelques-uns : « amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur, maîtrise de soi ». L’Esprit Saint n’est pas un objet sur lequel on pourrait mettre la main. Il est une source à laquelle, gratuitement, le Père nous donne part, à laquelle il nous invite à nous abreuver. Il est le Don de la Promesse que Jésus avait annoncé et qui s’est réalisé audiblement et visiblement au jour de la Pentecôte. Les doutes des apôtres au moment de Pâques ont disparu ; leur peur s’est transformée en assurance. Ils ne sont plus enfermés entre quatre murs, ils sortent et proclament les merveilles de Dieu. Les Peuples divers n’entendent plus une cacophonie ou un brouhaha de paroles insignifiantes. Ils entendent une voix et une parole qui est porteuse de vie pour eux, en eux, la Parole de Dieu. Voilà ce que fait l’Esprit.

Le livre des Actes des Apôtres est le livre de l’Esprit Saint. En le lisant, nous voyons bien que l’Esprit saint n’épargne pas aux apôtres les combats, l’emprisonnement, les conflits, les débats, les jugements, les procès, les résistances, mais il se révèle présent et agissant au cœur même de ce qui semble contrarier le plan de salut de Dieu. C’est Lui qui rend vainqueur du Monde, c’est Lui qui permet de s’opposer à la chair, ses tensions internes qui peuvent habiter le cœur de l’homme et qui le conduisent à choisir la violence, la domination ou le mensonge.

Dans le livre des Actes des Apôtres, l’Esprit saint se manifeste d’abord de manière audible et inattendue, par un « bruit soudain qui vint du ciel comme un violent coup de vent » et il est remarquable de voir dans ce récit que le verbe entendre revient 4 fois. Avec l’Esprit Saint, le grand commandement de l’Ancien Testament se réalise enfin : « Écoute Israël, le Seigneur notre Dieu est l’unique ». L’Esprit saint est celui qui guérit les surdités, surdités le plus souvent causées par les peurs, peurs des autres et peurs de Dieu. Et il est Celui qui rassemble ce qui est dispersé : « Ils se rassemblèrent en foule ». Il est celui qui suscite « stupéfaction et émerveillement », et Celui qui suscite la bénédiction et la louange au cœur du croyant : « Bénis le Seigneur ô mon âme, Seigneur mon Dieu, tu es si grand ! Quelle profusion dans tes œuvres Seigneur, la terre s’emplit de tes biens ».

Peut-être ne parlons-nous pas assez de l’Esprit Saint ? Peut-être ne l’invoquons-nous pas assez ? Peut-être ne marchons-nous pas suffisamment sous sa conduite ? Peut-être que nous ne nous appuyons pas suffisamment sur Lui ? Jésus, dans sa prédication disait : « Quand on vous traduira devant les gens des synagogues, les magistrats et les autorités, ne vous inquiétez pas de la façon dont vous vous défendrez ni de ce que vous direz. Car l’Esprit Saint vous enseignera à cette heure-là ce qu’il faudra dire. » (Lc 12, 11 – 12) et auparavant : « Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père du ciel donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! » (Lc 11, 12)

Cette fête de la Pentecôte peut aussi faire résonner en nous la parole de Jésus à la Samaritaine : « Si tu savais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : “Donne-moi à boire”, c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive. » puis « Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. »

Oui en ce jour de Pentecôte où nous commémorons le Don de Dieu, qui est aussi la mémoire de Dieu en nous, la mémoire vive de Dieu dans la vie de l’Église, désirons cet Esprit, désirons nous ouvrir à cette source vive, donnée gratuitement, jamais reprise par le Seigneur, jamais tarie. Que l’Esprit Saint achève en chacune et chacun de nous ce qu’il a commencé, et qu’il nous conduise à participer un jour à la gloire de Dieu.

Père Pierre Deprecq

Pour télécharger l'homélie, cliquez ici

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+