Homélie de la fête de la TOussaint 2020

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

... mais Toussaint est aussi une grande fête de l’espérance !

TOUSSAINT 2020

Nous sommes tous profondément peinés – et peut-être en colère – devant cet assassinat qui a eu lieu dans la basilique Notre Dame de l’Assomption à Nice. Ce sont trois personnes très simples – des ‘croyants de base’, comme nous – qui ont été tuées : le sacristain, Vincent, âgé de 55 ans, une femme de 44 ans, Simone, brésilienne, mère de trois enfants, d’un naturel très joyeux, et Nadine, une autre femme de 60 ans. Le sacristain accomplissait son service quotidien, qu’il faisait avec beaucoup de dévouement, au dire des paroissiens, et les deux femmes étaient venues, tôt dans la matinée, prier dans l’église avant de partir pour leurs activités. On peut dire que tous trois sont morts à cause de leur foi au Christ.

Peine, colère, désarroi… sont bien compréhensibles. Ne tombons pas pour autant dans des excès : excès de peur – mais les autorités nous recommandent de rester vigilants. Excès des généralisations : nous savons bien que ces individus fanatiques, issus du monde musulman, ne représentent pas les sentiments de la majorité des musulmans qui vivent au milieu de nous. De nombreux témoignages de fraternité ont été adressés aux chrétiens, depuis jeudi, de la part de responsables de cette communauté.

Nous célébrons la fête de Toussaint. Les béatitudes proclamées par Jésus ont de nouveau retenti dans l’église. Quelquefois, nous les écoutons d’une oreille distraite, ou trop habituée. Voilà qu’aujourd’hui, elles prennent une nouvelle force. Elles nous obligent à reprendre conscience de la vocation chrétienne.

Ce n’est pas un message de puissance, adressé à des ‘gagnants’. Mais ce n’est pas non plus un message de faiblesse, qui serait fait pour des ‘perdants’. Car la sagesse de Dieu est bien différente des raisonnements des hommes, et la faiblesse de Dieu est bien plus puissante que la force des hommes (c’est St Paul qui le dit).

Le Seigneur Jésus s’adresse d’abord à ceux qui sont déjà dans ces situations : aux pauvres de cœur, à ceux qui pleurent, aux doux, aux miséricordieux, aux cœurs purs, aux artisans de paix … Beaucoup qui ne connaissent pas encore l’évangile, et qui sont plus ou moins ‘en attente’ de le découvrir. C’est la joie des catéchumènes. C’est la joie de certaines populations pauvres et méprisées, comme les ‘intouchables’, en Inde.

Et il s’adresse aussi à tous ceux qui se sont mis en route, qui veulent le suivre, travailler avec lui à rendre ce monde meilleur, à le sauver… c'est-à-dire à nous. Reprenons conscience aujourd’hui du ‘programme’ de la vie chrétienne, faisons des choix de vie conformes à l’évangile, n’en ayons pas honte, même si on se moque de nous, même si on nous dit que nous sommes complètement à côté de la réalité.

Mais Toussaint est aussi une grande fête de l’espérance.

Espérance en l’homme, oui, malgré tout. Car il n’y a pas que le mal, que la violence, que la haine. Car nous sommes tous appelés à devenir des enfants de Dieu. Il y a en chacun des graines de bonté, de droiture, d’honnêteté, de générosité. Il faut tout faire pour les aider à se développer. Savez-vous que Simone, à Nice, a pu s’échapper de l’église, tout ensanglantée, et qu’elle s’est réfugiée chez un restaurateur musulman ? Elle est morte entre ses bras, en lui laissant un dernier message d’amour pour ses enfants. Quel symbole !

Espérance en l’homme, enfant de Dieu, espérance en Dieu, le Sauveur de l’homme.

Cette fête de Toussaint nous montre le sens de notre vie, elle nous montre le chemin du ciel. Elle nous dit que nous sommes tous appelés à ressusciter. Qu’une fête extraordinaire, inimaginable, nous attend auprès de Dieu, avec les anges, avec les saints, avec tous ceux que nous avons aimés. Elle nous dit qu’aujourd’hui nous cheminons difficilement sur la terre, qu’il y a beaucoup d’obstacles, beaucoup d’épreuves, beaucoup d’obscurités, de questions sans réponse… mais qu’un jour nous connaîtrons Dieu face à face. Ce sera le terme de notre pèlerinage. Mais on ne s’ennuiera pas au ciel ! Ce sera tellement différent de la terre.

L’Évangile est un message de victoire ! La victoire de l’Amour. C’est le Christ qui l’a gagnée, cette victoire, en offrant sa vie, en pardonnant. Cette victoire, elle se joue chaque jour en chacun de nous.

Didier Monget

Crédit photo : S. Hermann & F. Richter de Pixabay

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+