Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel...

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Homélie de l'Ascension Jeudi 13 mai 2021

Cette dernière phrase de l'Évangile selon saint Marc, en une sorte de résumé, dit l’essentiel de ce que Jésus a accompli : il a proclamé l'Évangile par sa parole et toute sa vie donnée, pour rejoindre les foules et chaque personnes et leur révéler l'amour de Dieu. L’Évangile proclamé et vécu et, c'est la puissance de l'amour de Dieu qui, dans l'humilité, guérit, transforme, réconcilie, entraîne vers Dieu pour vivre et faire vivre.

Avec ces trois lignes qui ne racontent pas cet évènement étonnant, que nous désignons comme « ascension du Seigneur Jésus », est bien rappelé ce qui a fait l'essentiel de la vie de Jésus dans sa mission sur cette terre sainte de Judée, de Galilée, de Samarie : parler, proclamer l'évangile, la Bonne nouvelle pour tous.

Et nous voyons que le relais est passé : alors que Jésus, après avoir parlé pour envoyer ses disciples en mission, leur dit : « Allez dans le monde entier proclamer l’Évangile à toute la création ». Et il est enlevé au ciel. Il est désormais dans l'invisible et la présence de Dieu. Puis, il est bien écrit que les disciples qui l'avaient écouté « s'en allèrent partout proclamer l’Évangile. »

C'est une transmission aux disciples pour qu'ils continuent sa mission.

Mais, ce qui est merveilleux, peut-on dire, c'est que Jésus, devenu maintenant invisible, qui a été emporté en Dieu, continue pourtant d'agir avec ses envoyés : « le Seigneur travaillait avec eux ». Plus qu'une référence de mémoire pour continuer la mission à l’imitation de leur maître, c'est une présence qui se manifeste par les signes qui accompagnent cette mission d'évangélisation : « le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l'accompagnaient ».

Ainsi la Parole proclamée, cette bonne nouvelle qui nous dit que Dieu est avec nous, lui, notre créateur nous fait devenir plus humains, plus solidaires et aimants, plus toniques dans l’espérance pour accomplir nos taches humaines. Cette Parole est confirmée par les signes : il suffit de chercher à les voir avec un cœur ouvert, sincère, humble et aimant.

Les signes étaient annoncés, et nous savons qu'ils se sont réalisés effectivement dans les récits des débuts de l’Église, en particulier dans les Actes des Apôtres : ces signes sont reconnaissables aujourd’hui. Soyons attentifs à chercher les « signes des temps »dans la vie du monde, comme, aussi, les marques discrètes que Jésus nous donne personnellement de sa présence en nos vies.

« Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants :

« en mon nom ils expulseront les démons » : ils donneront la capacité de vivre dans la vérité et le courage du témoignage, chasseront le mal, et neutraliseront les fauteurs de mal,

« ils parleront des langues nouvelles » : ils sauront, et cette connaissance sera donnée par l'Esprit Saint, ils seront capables de communiquer en vérité et de faire comprendre, dans la fraternité et le témoignage, la nouveauté du message de Jésus,

« ils prendront des serpents dans leurs mains et s'ils boivent un poison mortel,il ne leur fera aucun mal » : les témoins de l'Evangile, s'ils restent fermement attachés au Christ, ne seront pas atteints eux-mêmes, par les toutes les conséquences du mal dans le monde, qui empoisonne, qui détruit,

« ils imposeront les mains aux malades et les malades s'en trouveront bien » : ils ne sont pas des guérisseurs, mais des témoins actifs de Celui qui, dans sa miséricorde, a porté tout le mal qui nous fait souffrir et nous a soulagés ; ainsi les messagers de la Bonne nouvelle apporteront paix et réconfort.

Tous ces signes, sont encore à discerner aujourd’hui, dans les situations que nous traversons et que nous assumons, chacun sa place et en union avec les autres...

Alors, il ne s'agit pas de regarder vers un ciel imaginaire, mais chercher à voir autour de nous ce qu'il reste à faire, et nous remettre à l’action, en restant, comme les premiers disciples dans l'attente du don que Dieu fait de son Esprit.

En définitive c'est à une attitude de confiance profonde que nous sommes appelés, dans l'humilité, l'amour mutuel, dans un désir d'unité.

Dans la lecture de la lettre aux Éphésiens (2ème lecture), invités à contempler le Christ dans la foi, par la prière et l'écoute de la parole, nous serons attentifs à ce que fait Jésus : il est monté c'est-à-dire qu'il a été glorifié, enlevé en Dieu, étant son égal, ne faisant qu'un avec lui, nous promettant de partager nous-mêmes l'Esprit d'amour qui l'unit au Père, et par qui il « travaille » avec nous. Il nous apprend aussi à descendre, c'est-à dire à vivre dans l'humilité et le service. « Celui qui s'abaisse sera élevé ».

Jésus est pour toujours dans la gloire de Dieu, désormais caché, mais triomphant et communiquant son Esprit, cet Esprit qui nous fait progresser dans la charité mutuelle et la générosité du service.

Alors, avec tous les dons que nous avons reçus, progressons encore dans une espérance active, dans le partage et l'encouragement mutuel. Jésus vivant nous le dit toujours : « Allez dans le monde entier. Proclamez l'Évangile à toute la création. »

Père Daniel Bertaud

Pour télécharger l'homélie, cliquez ici

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+