Restez éveillés et priez en tout temps !

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Homélie du premier dimanche de l'Avent 28 novembre 2021

«Restez éveillés et priez en tout temps :

ainsi vous aurez la force d’échapper à ce qui doit arriver

et de vous tenir debout devant le Fils le l’homme »

Voilà des paroles un peu mystérieuses. Elle viennent de Jésus, par les traditions écrites dans l’évangile selon saint Luc. Jésus  a parlé ainsi à ses amis d’alors. Jésus celui que, sur leur témoignage, nous regardons comme notre Sauveur. Et nous voulons l’écouter, aujourd’hui, recevoir ce qu’il dit.

Sans le voir, nous croyons. Sa parole nous réconforte tout au long du chemin de notre vie, nous permet de relever la tête.

Car nous vivons dans l’espérance qu’il réalisera les promesses de Dieu. Il viendra définitivement pour faire réussir, pour sauver toute la création, qui est bonne, sortie de la volonté d’amour de notre Dieu, et qui a été abîmée par le mal. Nous découvrons qu’il y va aussi de notre responsabilité.

Mais comme l’annonçait Jésus, en reprenant l’image du prophète Daniel : « vous verrez le Fils de l’homme venant dans une nuée », c’est-à-dire venant de Dieu. Ce « Fils de l’homme », selon cette tradition, représente tout le peuple humilié, persécuté, et ce peuple retrouvera, par Dieu, toute sa liberté et sa prospérité. Ce « Fils de l’Homme », c’était aussi un Messie personnel annoncé, un Sauveur qui viendrait, envoyé par Dieu.

C’était le titre que se donnait Jésus pour pour annoncer sa mission : il sera humilié, et Dieu le fera revivre et prospérer. Il sauvera tout le peuple.

Dans ce discours avant sa passion, où Jésus décrit, dans le style de révélations (style apocalyptique) qui apporte l’espérance d’être sauvés de tout malheur,  Jésus invitait ses amis, et nous aujourd’hui, à relever la tête, à chercher Dieu qui va délivrer son Messie de la mort, et avec lui, nous faire entrer dans la Vie. Et nous croyons, et nous espérons, que Jésus ressuscité revient vers nous, comme il l’a promis, et qu’avec lui, tout est déjà renouvelé.

Nous sommes dans cette perspective de sa venue définitive, où nous le verrons de nos yeux, où, nous-mêmes, ressuscités, nous serons ensemble dans le monde nouveau, sauvés de tout mal.

Nous sommes en perspective de ce moment ultime de la réalisation plénière de  l’histoire.

Et dans l’itinéraire encore à parcourir, vous passons par des situations parfois difficiles, qui peuvent nous faire peur ou nous décourager, mais en nous relevant pour avancer vers lui, dans la foi et l’espérance, nous voyons déjà, si nous sommes attentifs, que ce monde nouveau  prospère, malgré les apparences décevantes.

Nous en avons des signes, quand des personnes se mettent à changer de vie, à devenir plus solidaires, à s’engager, avec générosité et fidélité, au service des autres, dans une fraternité animée par l’amour de Dieu.

Il s’agit de faire attention, de rester éveillés : comme nous le dit Jésus « tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse », jusqu’à oublier la joie de la conversion.

« Restez éveillés et priez en tout temps ».

La prière, nous le savons, n’est pas un échappatoire, pour se réfugier dans une tranquillité intérieure,  un exercice de recherche de bien-être personnel, mais c’est un don de nous-mêmes, en éveil, en cherchant Dieu, en s’offrant à lui, en lui rendant grâce, en pensant à nos frères et sœurs.  Et il y a tant d’intentions aujourd’hui. Cela demande du courage.

La prière, justement, nous obtient la force, non seulement pour échapper  à ce qui doit arriver, surtout au découragement qui nous éloigne de la  vie, mais la prière est une confiance que nous donnons à Dieu, le Père, par Jésus, éclairés et soutenus par son Esprit.

Cette force reçue dans la prière, nous avons spécialement besoin en ces temps difficiles, où le Seigneur nous appelle à travailleur avec Lui. Et, c’est, d’ailleurs, un temps propice pour vivre avec plus de vérité et d’efficacité dans notre service des autres.

Oui la prière, n’est pas un refuge, mais nous fortifie pour marcher dans l’espérance et d’agir.

J’ai lu récemment un épisode de la vie de Mère Térésa, qui m’a stimulé dans mes résolutions de travailler pour le Seigneur et témoigner de la confiance qui relève.

Un cardinal raconte sa rencontre, à Calcutta, avec Mère Térésa : admirant son œuvre, il lui demandait comment, lui aussi, pourrait mieux vivre son engagement personnel pour la fraternité, pour le service des pauvres, avec plus de générosité. 

Et il raconte : ′′elle m'a regardé avec ses yeux pénétrants. Là, elle m'a demandé : ′′ Combien d'heures priez-vous chaque jour ?" J’ai été surpris par cette question et j'ai essayé de me défendre en disant : ′′ Mère, j'attendais de vous un appel à la charité, une invitation à aimer davantage les pauvres ? Pourquoi me demandez-vous combien d'heures je prie ?"

Mère Teresa m'a tenu la main et les a serrées parmi les siennes pour me transmettre ce qu'elle avait dans son cœur ; elle m'a confié : ′′ Mon fils, sans Dieu, nous sommes trop pauvres pour aider les pauvres. Rappelez-vous que je ne suis qu'une pauvre femme qui prie. En priant, Dieu met son amour dans mon cœur et je peux ainsi aimer les pauvres. Prier !"

Et, pour nous, sans distinction, c’est bien par notre engagement à la prière effective, que nous permettons au Seigneur, de mettre dans nos cœurs toute l’énergie et le courage pour accomplir la mission qu’il nous confie.

«Restez éveillés et priez en tout temps, ainsi vous aurez la force.. » nous redit Jésus aujourd’hui.

Écoutons -le et soyons avec Lui.

Père Daniel Bertaud

Pour télécharger l'homélie, cliquer sur l'image ci-dessous

avant 1.jpg

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+