Veillez !

En nous préparant aux fêtes de la Nativité du Seigneur, accueillons son Esprit, comme Marie l’a accueilli, pour incarner la présence de Dieu au cœur de ce monde.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Homélie du premier dimanche de l'Avent 03 décembre 2023

Veillez car le Seigneur vous a confié vos vies et vous a confié l’Église, pour le monde. Nous célébrons pour la Gloire de Dieu et le Salut du monde ! Veillez, car vous ne savez pas quand le maître de maison viendra ; veillez, car il vous invite à ne pas vous conduire en propriétaire, ni même simplement de bons gestionnaires de vos vies, de l’Église et du monde ; veillez, car il vous appelle à vous laisser surprendre par les événements pour y révéler le signe de sa présence ; veillez, car il vous appelle à révéler aux hommes qu’il est Notre Père, à révéler aux hommes qu’ils sont tous frères.

En nous préparant aux fêtes de la Nativité du Seigneur, accueillons son Esprit, comme Marie l’a accueilli, pour incarner la présence de Dieu au cœur de ce monde. Non, il n’a pas déserté, il nous a laissé l’Église, qui est le sacrement de sa présence en ce monde. Elle est, nous sommes, réalité de l’incarnation, signe de la proximité de Dieu, d’un Dieu qui se fait homme pour que l’homme devienne Dieu. C’est pour qu’il fasse de nous cela que nous nous réunissons, pour qu’il fasse de nous un signe de sa présence, qu’il fasse de nos vies un reflet de sa lumière, c’est pour cela que nous venons nous rassembler : pour devenir sa présence réelle autour de sa présence réelle dans sa Parole et à son autel. Nous venons chercher cette lumière et en venant la chercher nous la faisons briller. N’est-ce pas la grâce des catéchumènes pour une communauté ? Ils viennent chercher une lumière pour leur vie et, ce faisant, sans le savoir, ils font briller cette lumière dans nos vies et font vivre la communauté. Oui, petits frères et petites sœurs catéchumènes, votre présence, votre recherche nous fait vivre. Et si certains d’entre vous, peut-être chacun d’entre vous quand il m’a contacté, moi ou un autre d’ailleurs, a dit : « pardonnez-moi de vous déranger », sachez que loin de nous déranger vous nous apportez de la vie. Alors, qui que vous soyez dans cette assemblée, veillez, pour que la petite flamme de l’Espérance habite nos cœurs, éclaire nos vies et, ce faisant éclaire humblement le monde.

Ô oui, ce monde a vraiment besoin d’apprendre que tous les hommes sont frères et sœurs. Nous ne sommes pas tous amis, nous ne sommes même pas forcément sympas, mais parce que nous reconnaissons en Dieu créateur de l’homme le Père de tous les hommes, parce que nous reconnaissons en Jésus-Christ le frère universel, nous sommes appelés à accueillir tout être humain comme un frère. Nous sommes donc appelés à travailler cette fraternité. Comment ? En prenant soin les uns des autres, tout particulièrement dans la pratique des œuvres de miséricorde. Nous l’avons entendu dimanche dernier : nourrir, abreuver, accueillir, habiller, soigner, visiter. Qui ça ? Nos frères et sœurs ! Où ça ? Ici ! et ailleurs parce que la fraternité est universelle. Quand ça ? Maintenant ! car c’est maintenant que Dieu nous appelle, maintenant qu’il se révèle, maintenant qu’il se donne au monde, maintenant qu’il a besoin de nous pour accomplir, ici et maintenant, les gestes de Jésus, Dieu sauveur, Emmanuel, Dieu incarné, Dieu parmi nous. Nous sommes Jésus continué, nous sommes ceux qui, en se rassemblant maintenant, en ce dispersant ensuite, sont le sacrement de Dieu présent à ce monde, sont la réalité de Dieu qui agit en ce monde. Alors, prenons soin les uns des autres pour rappeler à tous les hommes qu’ils sont dignes de cette attention réciproque.

Sur ce chemin, sur ce projet, nous sommes appelés à renouveler notre façon d’être et notre façon de faire. Peut-être aurions-nous intérêt – et en disant peut-être, je dis que c’est un chemin pour nous éduquer mutuellement que je vous propose de prendre- donc, peut-être que nous aurions intérêt à regarder Saint Vincent de Paul. Attention, attention, je ne parle pas de la conférence St Vincent de Paul, cette belle œuvre qui a une place importante dans notre paroisse et qui nous aide (elle n’est pas la seule) mais qui nous aide à pratiquer les œuvres de miséricorde. Ce n’est pas de cela dont je parle. Je parle de l’intérêt que nous aurions à regarder Monsieur Vincent, comme on l’appelait. (On ne l’appelait pas mon père, mais monsieur, c’était au XVII° siècle !) Nous en avons fait le patron de notre paroisse. Cette bannière nous le rappelle, comme nous le rappellera la prière eucharistique où nous le citerons en premier, après Marie, Joseph et les apôtres, pour nous mettre en sa communion. Comment ce petit enfant pauvre des environs de Dax, ce petit Landais s’est révélé être envoyé de Dieu pour faire des hommes ses frères ? Regarder sa vocation pour découvrir ou renouveler la nôtre. Il ne nous demandera pas l’exclusivité, ce n’est pas son genre, mais parmi tant d’autres appelés que nous voulons fréquenter : Jeanne de Lestonnac, le Bienheureux Chaminade, Pierre Bienvenu Noailles, Saints Louis et Zélie Martin, Sainte Eulalie, Sainte Geneviève, Saint Victor, Saint Nicolas et tant d’autres que nous aimons bien et qui peuvent nous inspirer … oui, parmi tant d’autres appelés Saint Vincent de Paul a sans doute quelque chose à nous dire, et qui nous oblige, le Seigneur a sans doute quelque chose à nous dire sur ce que nous sommes appelés à devenir ici comme signe de la fraternité universelle maintenant. En créant une nouvelle paroisse nous ne voulons pas créer un nouveau système mais une manière renouvelée d’être à Dieu et au monde, St Vincent peut nous y aider. On en reparlera probablement.

Pour être cela, en nous rappelant que le petit garçon Vincent aurait pu rester inconnu dans le fin fond des Landes si personne ne lui avait fait signe, pour être cela nous voulons vivre et nourrir une autre culture de l’appel, une autre culture des charismes à développer au service de la mission de l’Église. Pour cela, le prêtre ne peut rester seul. D’autant que, sans oublier le P. Daniel, les deux prêtres à votre service ne sont pas des perdreaux de l’année et on sait, d’expérience, que l’on a tendance à se laisser entourer par des hommes et des femmes de notre génération. Je veux souligner par cette remarque qu’appeler n’est pas si simple. Le projet pastoral que nous avons écrit m’a cependant permis d’appeler plusieurs personnes à former une Equipe d’Animation Pastorale. Elle s’est de fait formée avec ceux et celles qui ont participé au plus près à la rédaction du projet. Quand on a eu terminé d’écrire ce que nous avions préparé pendant l’été et à la journée de rentrée du 24 septembre au lycée de la Sainte Famille, j’ai dit, un peu sans faire exprès et en regardant celles et ceux qui étaient autour de la table : vous êtes peut-être les membres de l’E.A.P. Je les appelle maintenant et ils vont me rejoindre. En premier par ordre alphabétique et parce qu’elle n’est pas en photo sur la LIANE 5 Myriam Delgado, Jean-Marie Perrier, qui est diacre, puis les trois V : Matilde Verdon, Isabelle Verge, Bénédicte Viaud. Cette équipe participe à l’exercice de la charge du curé, cette charge consistante, c’est le droit de l’Église qui le dit, à enseigner, sanctifier et gouverner le peuple de Dieu. Vaste programme, vous pouvez prier pour eux. Ces personnes ne sortent pas d’un chapeau de prestidigitateur mais d’un conseil pastoral de paroisse que j’invite aussi à se lever pour nous rejoindre. Tous ces noms seront publiés et affichés. Je reviens à l’E.A.P. : Les missions de chacun seront précisées avec le vicaire général, chargé le représenter l’évêque (on dit du vicaire général qu’il double l’évêque sans jamais le dépasser !). Le P. Samuel viendra un jour et de la façon qu’il choisira, nous rejoindre pour présider cela et en faire une nomination de la part de l’évêque. C’est l’évêque qui les nommera ces frères et sœurs appelés pour trois ans, renouvelables une fois. En cas de défaillance du curé, l’EAP continue ! Il est prévu qu’Isabelle ne restera pas trois ans, qu’elle pourra partir se consacrer à d’autres œuvres dès que l’on aura appelé quelqu’un d’autre. Je dis cela pour que vous ne soyez pas étonnés quand ça arrivera. Non, ce ne sera pas parce que je me serai brouillé avec elle !

Attention, réflexe : Saint Vincent de Paul, PRIEZ pour nous !

Père Gérard Faure, Curé

Pour télécharger l'homélie, cliquer ici

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+