première étape de lecture

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Présentation :

Cet évangile est le plus bref et le plus ancien des quatre évangiles : on le date des environs de l’an 70 (date de la prise de Jérusalem par les armées de Titus).

Selon l’historien Papias (fin du 1° siècle), cet évangile est l’œuvre de « Marc, interprète de Pierre ». D’après les Actes des apôtres, ce Marc a été un compagnon de Pierre, puis de Paul, puis de Barnabé, puis de nouveau de Pierre (cf Ac 12, v12 et v25).

Cet évangile aurait été écrit à Rome.

Au vu des nombreuses explications données par St Marc sur les lieux et les coutumes de Palestine, on comprend que cet évangile s’adresse à des chrétiens d’origine païenne, et n’habitant pas en Palestine.

* On peut dire que le but de cet évangile est double :

- nous aider à découvrir peu à peu, comme les disciples, qui est vraiment ce Jésus de Nazareth ;

- et nous faire découvrir aussi comment on peut ‘le suivre’, devenir son disciple.

* Nous découperons notre lecture en 6 étapes, une pour chaque semaine de ce carême.

 

1° étape : lire du début jusqu’à 3,6 : « Le Règne de Dieu s’est approché ».

Nous pouvons nous arrêter particulièrement sur :

* le titre de l’évangile : « Commencement de l’évangile de Jésus, Christ, Fils de Dieu ». Ce titre annonce comme deux étapes :

- découvrir que l’homme Jésus de Nazareth est « le Christ », c'est-à-dire le Messie promis à Israël : on verra que c’est la profession de foi de Pierre : 8,29 ;

- puis découvrir que ce Jésus-Christ est « Fils de Dieu » : révélation par une voix céleste au moment du baptême (‘Tu es mon Fils bien aimé, en toi je trouve ma joie’ : 1,11) – qui retentira de nouveau à la fin de l’évangile dans la bouche du centurion païen (‘Vraiment, cet homme était Fils de Dieu’ : 15,39)

* Une journée de Jésus : 1,21-39.

Remarquer :

- la variété des lieux : Capharnaüm, la synagogue, la maison de Simon et d’André, un lieu désert, et puis ‘toute la Galilée’ ;

- les temps : le jour du sabbat, le soir venu, le matin, bien avant le jour ;

- les personnes rencontrées : l’homme possédé, Simon et André, Jacques et Jean, la belle-mère de Simon, tous les malades et les possédés, la ville entière ;

- les situations : la prière communautaire, les guérisons diverses, la maison familiale, la prière solitaire, le départ, la mission vers ‘ailleurs’.

* La guérison d’un paralytique : 2,1-12. Remarquer :

- la détermination, la foi, des quatre hommes qui portent le malade ;

- Jésus ose affirmer : « Tes péchés sont pardonnés » à « Qui donc peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? ». Voilà aussitôt une question sur celui qui parle ainsi : au nom de quoi ? Comment ose-t-il ? Qui est-il ?

- « Lève-toi, prends ton brancard et rentre dans ta maison » : le miracle visible vient appuyer le miracle invisible ; une double guérison.

- Ainsi, Jésus se présente comme celui qui vient guérir l’homme tout entier, dans tous les aspects de son mal.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+