"Donnez-leur vous-mêmes à manger…"

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Homélie – Fête du Corps et du Sang du Christ - 19 juin 2022

Nous avons souvent médité cette demande de Jésus, aux Douze, le soir de ce rassemblement au bord du lac.

Ces Douze revenaient de leur première mission. Et pour qu’ils puissent raconter ce qu’ils avaient vécu, Jésus les a invités à partir à l’écart, vers une ville appelée Betsaïde, sur le bord du lac. Et là, les foulent les rejoignirent. « Jésus leur fit bon accueil. Il leur parlait du Règne de Dieu et il guérissait ceux qui en avaient besoin. »

Le jour commençait à baisser. Les Douze, alors, raisonnablement, rappellent à Jésus, qu’ils voient tellement pris par sa mission, qu’il en a oublié la réalité : ils lui disent que lui pourrait renvoyer ces gens et que ceux-ci pourraient aller chercher ailleurs de quoi manger… Belle attention, réaliste, bienveillante. Mais Jésus leur dit : «Donnez-leur vous-même à manger. » Les Douze, attentifs, expliquent à Jésus qu’ils n’ont que cinq pains et deux poissons… « Qu’est-ce que cela pour tant de monde ? » Alors, généreusement, en ne semblant pas trop y croire, ils envisagent d’aller eux-mêmes chercher, aux alentours, de quoi manger.

Mais Jésus, nous l’avons entendu, leur dit « Faites-les asseoir par groupes de cinquante »… Ainsi Jésus, qui leur a annoncé le Règne de Dieu, le Royaume de Dieu où tous sont invités, pour en vivre ensemble, sans se disperser, montre que les renvoyer chercher ailleurs de la nourriture, les disperserait. Si les Douze y allaient eux-mêmes, ils ne disperseraient pas ce peuple déjà rassemblé et que Jésus veut organisé, puisqu’il demande qu’ils se regroupent de manière conviviale pour un repas… Ainsi, doit toujours devenir l’Église, Peuple de Dieu fraternellement organisé par le Christ…

Les disciples, ayant fait asseoir et invité les gens à se regrouper par cinquante, selon l’ordre de Jésus, vont alors pouvoir réaliser ce que Jésus leur a dit « Donnez-leur vous-mes à manger ». Puis, ayant pris les cinq pains et deux poissons, Jésus lève les yeux au ciel (c’est-à-dire se tourne vers son Père), rend grâce (c’est la bénédiction) reconnaissant que le pain, qui est présenté, est don du Père, par l’intermédiaire des généreux donateurs qui ont tout risqué pour les autres… Il rompt les pains, les partage et les fait distribuer à tous par les disciples. « Et ils mangèrent et furent tous rassasiés. »

Nous avons reconnu, dans les gestes de Jésus en cette circonstance, sur les bords du lac, ses gestes mêmes à son dernier repas, la veille de sa Passion : il prend le pain, rend grâce, le rompt et le donne.

Sur les bords du lac, les disciples de Jésus ont effectivement donné à manger à tous. Ils les a rendu capables de nourrir la foule, parce qu’ils ont présenté le peu qu’ils avaient et que Jésus, témoignant que tout vient de Dieu, montre qu’en acceptant de tout espérer de sa miséricorde, tous peuvent recevoir et être comblés. Le Père peut accomplir, par les disciples, des merveilles, s’ils s’abandonnent généreusement à Lui.

Et nous, nous savons, en pensant que nous sommes appelés, comme Saint-Paul et bien d’autres, à transmettre la tradition qui vient du Seigneur, nous avons à communiquer aux autres ce que nous recevons : le pain de la Parole, le témoignage de la Bonne Nouvelle. Et aussi, nous sommes envoyés pour nourrir, les autres, de pain et de toute nourriture matérielle, si nécessaire.

Tant de personnes, ici et partout dans le monde, souffrent gravement de manque alimentaire et de tout ce qui fait une vie digne.

Ici, à Saint-Nicolas, nous savons le courage et l’efficacité des responsables et bénévoles du « Pain de l’Amitié », de l’épicerie solidaire et des autres services. Efforts d’un travail, parfois lourd et difficile, même s’il est accompli le plus souvent dans la joie. Ce qui est inquiétant, c’est que la demande augmente sans cesse…

Remarquons aussi que le partage de la Parole, le mardi, après le repas, pour ceux qui le désirent, permet un échange, où se recherche le sens de la vie, avec la lecture de l’Évangile…

Mais ce n’est pas le seul lieu à Bordeaux. Il y en a bien d’autres, avec aussi des acteurs courageux..

Tout cela nous incite à prendre davantage au sérieux l’invitation du Seigneur : « Donnez leur vous-mêmes à manger!»

Pour nous, ici, rassemblés pour l’Eucharistie, c’est Jésus lui-même qui, depuis son dernier repas, nous donne à manger : « Prenez, mangez, ceci est mon Corps livré pour vous », dans le don de sa vie pour tous.

C’est bien le sens de son geste la veille de sa Passion, au cours de son dernier repas : en action de grâce, il s’offre au Père (c’est la bénédiction). Il prend le pain, le partage et le distribue pour que chacun s’en nourrisse. Et, depuis, les disciples de Jésus, jusqu’à maintenant, en refaisant ce geste comme il l’a dit, annoncent la mort de Jésus, la mort du Seigneur par amour pour nous. Le peu de pain offert au Père, rompu et partagé, représente et rend présent le don de sa vie par amour, jusqu’à la mort.

« Pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis ».

C’est donc, chaque fois que nous rompons le pain, la présence de Jésus ressuscité qui s’est donné, qui a traversé la mort et qui nous rejoints. Vivant à jamais, il est désormais présent partout, présent pour tous et, de manière unique, par ce pain offert, partagé, mangé.

« Heureux les invités au repas des noces de l’Agneau ! » Heureux les invités à l’Eucharistie, qui anticipe le repas de la fête du Ciel, que nous connaîtrons quand il viendra dans la gloire..

Nous sommes en route vers cet accomplissement. C’est notre espérance. Et l’Eucharistie est le pain pour la route, le pain qui fortifie, dans la foi et l’amour, pour oser partage encore, pour les autres, le peu que nous avons…

Et aussi, transmettant ce que nous recevons, même dans nos manques, nous pouvons alors continuer à « donner à manger », à transmettre la vie de Jésus, qui nous ouvre le Règne de Dieu et nous y conduit ensemble.

Dans nos moyens si limités, il nous fera accomplir des merveilles, qui dépasseront nos possibilités, si nous faisons ce qu’il dit.

Père Daniel Bertaud

Pour télécharger l'homélie, cliquez ici

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+