Homélie du dimanche des Rameaux 14 avril 2019

Aujourd’hui, les disciples, c’est nous. Et le message de Jésus, la bonne nouvelle du Royaume de Dieu, est affronté aux mêmes difficultés – et il triomphe par les mêmes moyens.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

« S’ILS SE TAISENT, LES PIERRES CRIERONT ! »


Vous avez entendu cela, tout-à-l’heure : lorsque Jésus est entré à Jérusalem, la foule de ses disciples l’a acclamé, mais les pharisiens voulaient les faire taire : « Maître, arrête tes disciples ! ». Et Jésus de répondre : « s’ils se taisent, les pierres crieront ! ». Manière de dire : personne ne peut empêcher le message d’être proclamé.


Qui a empêché Jésus de proclamer la bonne nouvelle du Royaume de Dieu ? - Ses adversaires, évidemment : chefs du peuple, scribes et pharisiens…qui voulaient le faire mourir. Mais aussi, hélas, ses propres disciples, par leurs peurs, leur lâcheté, leur reniement, leur trahison même, en ce qui concerne Judas.


Tout cela, Jésus le savait ; il était parfaitement lucide. Et c’est dans un acte d’amour total, un grand acte de renoncement à lui-même, qu’il a voulu aller jusqu’au bout, en affrontant les autorités religieuses de son peuple, et l’autorité romaine de Pilate, courant consciemment le risque suprême de la mort violente.


Lorsque St Paul s’est converti, lorsqu’il a découvert la vérité du Christ, il a exprimé cela en termes d’abaissement et d’élévation (c’est l’épître du jour) : Jésus était dans la condition de Dieu, mais il s’est abaissé en se faisant serviteur au milieu des hommes ; plus que cela, il est descendu jusqu’à la mort, et sous la pire forme à son époque : la mort réservée aux esclaves et aux bandits, le supplice de la croix.


Alors Dieu l’a relevé ; il l’a élevé au dessus de tout. Il lui a donné le Nom suprême, le nom de SEIGNEUR. Jésus est le Seigneur ; tout être vivant doit se mettre à genoux devant lui pour le proclamer.


Ainsi, les pierres n’ont pas crié, sans doute, mais la puissance de Dieu s’est manifestée à travers la faiblesse du Christ. Dieu est Amour, Dieu est Vie. Toujours et partout, il fait triompher la vie et l’amour.


Aujourd’hui, les disciples, c’est nous. Et le message de Jésus, la bonne nouvelle du Royaume de Dieu, est affronté aux mêmes difficultés – et il triomphe par les mêmes moyens.


Il y a des critiques violentes du christianisme (religion dépassée, religion aliénante), il y a des fermetures d’esprit (fichez-nous la paix, on n’a pas envie de parler de ça). Sans parler de la violence criminelle qui se manifeste en certains pays.


Il y a aussi, malheureusement, les péchés des chrétiens : nos peurs, nos lâchetés… Et des choses beaucoup plus graves, comme vous le savez : depuis quelques mois, nous sommes sous une véritable avalanche de révélations. Nous découvrons, stupéfaits, les abus commis par des prêtres, parfois des évêques, sur des enfants, des femmes, des religieuses…


Alors certaines personnes quittent le navire : « cette Église, cette religion, sont pourries… »


Tout cela doit-il nous décourager, nous faire douter ? Est-ce que nous nous sommes trompés en accordant notre confiance au Christ et à son Église ?


- Non. Vous voyez bien que l’évangile nous l’annonçait déjà : toujours le mystère du Christ se heurte à l’hostilité d’un côté, au péché des chrétiens de l’autre. Mais à travers la faiblesse du Christ et de son Église, sans cesse le Dieu d’amour et de vie se manifeste et attire à lui.


Cette année, à Pâques, 84 adultes seront baptisés en Gironde (un dans notre paroisse), et environ 4500 dans la France entière. Il y a des enfants qui croient en Jésus. Il y des hommes et des femmes qui tiennent debout dans de grandes difficultés, grâce à Dieu, grâce à la prière. Sans parler des conversions intimes, des retours vers Dieu, dont les prêtres sont les témoins émerveillés.


À nous aussi, disciples de Jésus, qui tenons nos rameaux à la main, de témoigner tranquillement de notre foi, de l’espérance que Jésus nous apporte, de l’amour et du partage.


Les pierres ne crient pas, mais sans cesse le Dieu d’amour et de vie trace son chemin dans les cœurs.


D.Monget

 

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+