« L’amour de Dieu : une énergie qui ne s’économise pas ! »

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Homélie du dimanche de la rentrée du secteur 18 septembre 2022

Voilà un prophète Amos en colère mais plein de lucidité qui nous relatte d’une ténébreuse affaire : réaliser des affaires le jour du sabbat ( ou pour nous le dimanche) et les jours chômés (la nouvelle lune était, à l’époque d’Amos un jour non travaillée), diminuer les mesures et augmenter les prix, fausser les outils de mesure, est-ce là des information extraites du journal de 20h ou un texte écrit il y a presque 3000 ans ?

Voilà un psaume qui nous rappelle le grand mystère de Dieu (mystère ne veut pas dire incompréhensible, mais que l’on n’a jamais fini de comprendre): à la fois Tout-Autre « il siège là-haut » et Tout-Proche « il abaisse son regard vers le ciel et la terre. » Un mystère qui c’est approfondi avec cette nouveauté extraordinaire : Dieu c’est fait homme : qu’est ce qui est le plus inouï ? que l’homme ait posé le pied sur la lune ou que Dieu ait marché sur la terre ?

Voilà que saint Paul nous rappelle l’urgence de la prière, l’urgence de la demande, l’urgence de l’intercession, l’urgence de l’action de grâce. Oui il y a bien urgence à ouvrir nos cœurs pour laisser Dieu être Dieu.

Laisser Dieu être Dieu c’est justement ce que refusaient les pharisiens. « Les fils de la lumière » sont dans leur projet de Dieu qui ne correspond en rien à la vérité de l’amour de Dieu. Il faut lire un peu plus loin le texte de st Luc pour bien saisir l’enjeu de la parabole « quand ils entendaient tout cela, les Pharisiens, eux qui aimaient l’argent, tournaient Jésus en dérision. Il leur dit alors : vous vous êtes de ceux qui se font passer pour juste aux yeux des gens, mais Dieu connaît votre cœur : en effet ce qui est prestigieux pour les gens est une chose abominable aux yeux de Dieu. » Qu’est ce qui est prestigieux aux yeux de Dieu ? Le Règne, la Puissance et la Gloire de son Amour !

Les « fils de ce monde » sont habiles, inventifs, ils ne restent pas les deux pieds dans le même sabot (la preuve ils vont sur la lune et veulent même y retourner), c’est bien ce mouvement, cette dynamique, cet élan de vie qui est l’objet de l’éloge du maitre et non la malhonnêteté vous l’aurai bien compris. Vous les « fils de la lumière », leur dit Jésus « quelle énergie mettez-vous pour entrer dans le royaume de Dieu ? Vous qui refusez de voir le messie, vous entretenez une confusion entre le spirituel et le matériel. De même que L’argent est trompeur parce qu’il donne l’illusion du règne, de la puissance et de la gloire, de même votre attitude est trompeuse car vous détournez la vérité du Règne, de la Puissance et de la Gloire de Dieu. »

Cette colère d’Amos, ces rappels du Psaume et de st Paul, cette vérité dévoilée par Jésus nous renvoi a notre condition dans l’aujourd’hui : n’aurions-nous pas nous aussi une certaine tiédeur, voir une certaine mollesse à annoncer le Règne, la Puissance et la Gloire de Dieu. Ne nous détournons pas de notre mission première de chrétien : devenir des disciples missionnaires.

Nous ne truquons peut-être pas les balances mais nous truquons souvent nos emplois du temps : « Désolé je n’ai pas le temps ». Nous sommes habiles et vif d’esprit pour monter certains projets mais nous n’avons plus d’énergie pour monter une journée paroissiale de rentrée. A trop vouloir faire des économies d’énergie le rayonnement des « fils de la lumière » devient très diffus.

Suis-je tombé dans l’obscurité ? Mais j’ai le sentiment de ne plus voir beaucoup d’hommes entre 20 et 60 ans dans les missions d’Église : messieurs où êtes-Vous ? je ne dis pas que le sexe féminin est trop représenté, ni ne cherche à tomber dans l’absurdité de la parité mais où sont les hommes qui témoignent de leur foi chrétienne dans la vie de l’Église, dans le monde professionnel, associatif, politique.

Jésus nous l’a annoncé: « tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera » St Paul nous le rappelle : « je voudrai qu’en TOUT lieu les hommes prient. » je rappelle qu’il y a trois modes de prière indissociables (la prière eucharistique, la prière dans le secret de son cœur et la prière plongée dans l’activité quotidienne).

Puisse donc cette eucharistie devenir prière de demande :

Nous avons besoin d’initiatives missionnaires ;

Nous avons besoin de fonder des écoles de prières, de partager notre foi à partir de nos expériences, d’exprimer notre émerveillement et de témoigner de notre conversion, de créer des foyers de fraternité chrétienne dans chaque rue de Bordeaux, de créer des diaconies paroissiales.

Nous avons besoin de constituer un conseil pastoral de la paroisse et une équipe d’animation pastorale, nous avons besoin d’un économe paroissial.

Nous avons besoin de toute la vivacité des esprits habiles, inventifs et créatifs pour nous mettre en mouvement, pour rayonner et donner de la saveur à notre monde qui devient parfois trop fade. « Nous sommes le sel de la terre, la lumière du monde. »

Nous avons besoin de croire et comprendre comment affirmer notre foi, croire et témoigner que l’amour de Dieu est à l’œuvre pour construire une « Eglise verte d’espérance », une église verte qui ne connait pas d’économie d’énergie en terme d’amour, car c’est à toi, et à toi seul Seigneur qu’appartiennent le Règne, la Puissance et la Gloire d’un L’amour vivant et infini offert à tous et pour tous ! Amen !

Jean-Marie Perrier, diacre

Pour télécharger l'homélie, cliquez sur l'image ci-dessous

jean marie homélie.JPG

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+