"Ne nous laisse pas entrer en tentation..."

Par cette prière, Jésus nous invite à entrer dans la même situation que lui, à devenir des fils de Dieu, dans la même confiance qui l’habite. Mais remarquez quand même qu’il y a une différence entre lui et nous : il est le vrai Fils de Dieu depuis toujours, nous, nous sommes fils adoptifs, par pure grâce. Il dit : « mon Père et votre Père », marquant cette différence.

Homélie du premier dimanche de l'Avent 2017

NOTRE PÈRE

En ce 1° dimanche de l’Avent – 3 décembre 2017 – nous sommes invités à adopter la traduction légèrement modifiée du Notre Père :

« ne nous soumets pas à la tentation » est remplacé par : «  ne nous laisse pas entrer en tentation ».

 Dans le très beau texte du prophète Isaïe qui ouvre ce temps de l’Avent, vous avez peut-être remarqué 2 détails :

  • La répétition de l’expression : « c’est toi notre Père »
  • Et aussi le verbe ‘laisser’ :  « pourquoi nous laisses-tu errer ? pourquoi laisser nos cœurs s’endurcir ? »
  • L’expression ‘notre père’ est extrêmement rare dans l’Ancien Testament, et jamais elle n’est utilisée comme invocation, comme prière s’adressant à Dieu
  • Et ce ‘pourquoi nous laisses-tu’ nous rappelle évidemment le petit changement dans la prière du Notre Père que nous inaugurons aujourd’hui : « ne nous laisse pas entrer en tentation ». Il y a la liberté humaine, mais elle se conjugue avec l’influence divine, la grâce divine : ne permets pas… ne nous laisse pas… si nous entrons en tentation… nous risquons de succomber, de perdre la foi ! Ne permets pas que cela arrive !

La prière du Notre Père plonge ses racines dans la tradition juive, mais elle est originale, unique, c’est bel et bien une prière ‘inventée’ par Jésus.

  • Car Jésus a sa propre manière de prier : il appelle Dieu Abba (mon Père chéri) ; il est le seul à oser cela.
  • Il y a beaucoup de prières dans les évangiles, dans les épîtres de Paul, etc… mais aucune ne nous est donnée comme inventée par Jésus : uniquement la prière du Notre Père !
  • Par cette prière, Jésus nous invite à entrer dans la même situation que lui, à devenir des fils de Dieu, dans la même confiance qui l’habite. Mais remarquez quand même qu’il y a une différence entre lui et nous : il est le vrai Fils de Dieu depuis toujours, nous, nous sommes fils adoptifs, par pure grâce. Il dit : « mon Père et votre Père », marquant cette différence.
  • Cette prière du Notre Père est tellement importante, elle nous place dans une situation tellement extraordinaire, que dans les débuts du christianisme on ne l’enseignait pas aux catéchumènes, c’était comme un secret réservé aux baptisés : « toi, maintenant, tu es devenu un enfant de Dieu, tu as le droit de lui parler ainsi ! »

Le Notre Père nous est rapporté seulement par St Matthieu et par St Luc, sous des formes légèrement différentes :

  • Chez St Matthieu, il est au centre du ‘sermon sur la montagne’, le grand enseignement de Jésus à ses disciples, qui s’étend sur 3 chapitres ; et le Notre Père se prolonge par une insistance très forte sur le pardon : « si vous pardonnez… votre Père céleste vous pardonnera… mais si vous ne pardonnez pas, votre Père non plus ne vous pardonnera pas… »
  • Chez St Luc, Jésus répond à une demande des disciples : « Seigneur, apprends-nous à prier comme Jean-Baptiste l’a appris à ses disciples ». Les disciples veulent avoir une prière spécifique, une prière de groupe. Et après leur avoir donné le Notre Père, Jésus insiste sur la persévérance dans la prière :
  • « donne-nous le pain dont nous avons besoin »… si l’un de vous, en pleine nuit, va frapper à la porte d’un ami pour lui demander du pain… même si celui-ci est très mécontent d’être réveillé, il lui en donnera quand même. Eh bien, pouvez-vous imaginer que votre Père du ciel ne donnera pas l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ?

 Vous avez remarqué comment est bâti le Notre Père :

  • D’abord 3 demandes tournées vers Dieu : le Nom, le Règne, la Volonté

       Que ton Nom soit sanctifié ! Que ton Règne vienne ! Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel !

       Dieu en premier : « cherchez d’abord le Royaume de Dieu, dit Jésus, le reste vous sera donné par surcroît »

  • Et puis 3 demandes tournées vers l’existence concrète du disciple : le pain, le pardon, la tentation : donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ; pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés ; et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du mal !
  • Ainsi, le Notre Père est le modèle de toute prière : la prière nous tourne d’abord vers Dieu, vers la louange de Dieu, dans l’attente et le désir ardent que Dieu réalise son plan d’amour. Mais la prière fait aussi le lien avec nos besoins fondamentaux – et elle nous éclaire sur ces besoins : besoin de pain et de tout ce qui est nécessaire pour la vie matérielle et spirituelle, besoin d’être pardonné et exigence de pardonner, besoin d’être aidé et délivré dans la lutte quotidienne contre le mal. PARCE QUE NOUS SOMMES DES ENFANTS DE DIEU !

 P.D.Monget